En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies pour améliorer le fonctionnement de notre site.
 Pour gérer et modifier ces paramètres, cliquez ici

fermer

Installation plastique autour Du Désir d’horizons

le 01/12/2017 -
20h30 Actions culturelles Exposition
Salle Jacques Brel

En écho au spectacle Du Désir d’horizons, nous présentons le 1er décembre 2017, dans le hall de la salle Jacques Brel, une proposition plastique de Louise FENEYROU, étudiante de la Classe d'Approfondissement en Arts Plastiques (CAAP) du lycée Pablo Picasso.

Salia Sanou, chorégraphe, et Louise Feneyrou, étudiante en Classe préparatoire aux écoles d’art (CPES-CAAP Picasso), portent un intérêt commun aux questions de territoire, de parcours mais également aux textes de Nancy Huston.
Sur scène, des extraits du roman Limbes/ Limbo servent d’appui au spectacle. Dans ce travail plastique, proposé en dialogue, ce sont des fragments de Nord perdu évoquant l’expatriation, la perte de repères qu’utilise la plasticienne.
Une vidéo intitulée Zones blanches montre les lentes déambulations de morceaux de papier imprimés des mots de l’écrivain. Ces derniers convoient une étrangeté car ils ont été préalablement congelés et des amas de glace viennent en perturber la lecture. Les fragments prennent des trajectoires peu assurées dans l’eau, tournent sur eux-mêmes, et bien que la glace fonde, ne rendent le texte que partiellement lisible.
Le choix d’une vidéo aphone participe à focaliser le regard sur les mouvements, leur lenteur. C’est dans ce même esprit que l’économie visuelle, sa sobriété, renforcent le sens. Ici, les mots, seuls éléments sombres dans cet espace achrome ou blanc, semblent mettre en valeur le texte. Pourtant, ce dernier se dérobe à nos yeux, empêché par la glace, les déplacements et les orientations contraires. Ces questions de trajectoire, de sens et de mouvement sont bien entendu une évocation explicite du champ chorégraphique et plus particulièrement du spectacle Désirs d’horizon.
Sur le plateau, le scénographe Mathieu Lorry propose des lits qui orienteront les déplacements. Dans le hall, la production plastique de Louise Feneyrou se poursuit par la présentation d’un nid réalisé au moyen de nombreuses branches, pages de livre de Nancy Huston, grillage, raphia ainsi qu’un oreiller. Ce nid est en effet  conçu pour accueillir un homme dans ses dimensions réelles, rappelant à l’image du spectacle, la migration humaine et sa précarité.
Les paroles d’une chanson de Dominique A pourraient ainsi revenir dans nos têtes : «  Si seulement nous avions le courage des oiseaux / Qui chantent dans le vent glacé ! Tourne ton dos contre mon dos / Que vois-tu ? Je ne te vois plus / Si c'est ainsi qu'on continue / Je ne donne pas cher de nos peaux. »

Après Le Parlement des invisibles d’Anne Collod (novembre 2014), Los Pajaros muertos de la Compagnie catalane La Veronal (mars 2015), Le Moulin du Diable de Fouad Boussouf (novembre 2015),  Flux tendu – The Safe word de Florence Caillon (février 2016), le concert de Gogo Penguin (mars 2017), la proposition plastique de Louise Feneyrou constitue le sixième volet d’un partenariat entre la Direction Culture et la Classe d’Approfondissement en Arts Plastiques du lycée Picasso à Fontenay-sous-Bois.


www.caap-picasso.com

 

 

Lu Ma Me Je Ve Sa Di
30
31
01
02
03
04
05
06
07
08
09
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
01
02
03