En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies pour améliorer le fonctionnement de notre site.
 Pour gérer et modifier ces paramètres, cliquez ici

fermer

Installation de Lila CRNOGORAC

Du 09/02/2018 au 09/02/2018 -
20h30 Actions culturelles Exposition
Salle Jacques Brel

Installation en miroir du don Quichotte monté par le Théâtre de la Mezzanine dans le Hall de la Salle Jacques Brel

Denis Chabroullet, metteur en scène du Théâtre de la Mezzanine et Lila Crnogorac, étudiante en classe préparatoire aux écoles d’art (CPES-CAAP Picasso) ont cela en commun qu’ils n’hésitent pas à mêler don Quichotte à notre quotidien. Si pour le premier, au regard de notre monde, monter cette pièce devenait une obligation, pour la seconde il s’agissait de rendre compte de la scène mythique des moulins à vents en ayant recours à des objets de notre quotidien, réactualisant ainsi notre lecture des aventures du chevalier rêveur en l’invitant dans notre contemporanéité

Sur scène  les comédiens évoluent aux côtés de marionnettes, d’objets animés et de vidéos. Cette pluralité est également au cœur du dispositif plastique de Lila Crnogorac qui prendra place dans le hall de la salle Jacques Brel le 9 février prochain.

Des tissus teintés, au thé et à la terre, sur lesquels ont été transcris à la machine à écrire le chapitre VIII du texte de Miguel de Cervantès prennent le vent. Au sol, un ventilateur permet cet envol. Derrière le tissu, sont vidéo-projetées de courtes séquences filmiques montrant Lila Crnogorac s’exerçant par tous les moyens à produire du vent et à le diriger à bon escient. La jeune fille utilise souffle, corps, sèche-cheveux, soufflet.

Visuellement le regardeur peut imaginer que les gestes produits permettent l’envol des tissus, évocation poétique des pâles du moulin, il s’agira là du regard de chevalier fantasque et rêveur, cherchant à défier l’évidence. Celui qui possède la raison conscientisera la situation de façon plus pragmatique.

La célèbre scène des moulins à vent, dans le chapitre VIII de don Quichotte, est emblématique de l’esthétique du roman. La jeune plasticienne l’a choisie pour cela. Les réalités du chevalier, de Sancho et du narrateur y sont mélangées afin que le lecteur observe la rencontre de différentes perceptions du monde. Ce sont ces trois regards qui sont proposés par l’installation de Lila Crnogorac.

La vidéo fait ainsi référence à la place de don Quichotte, antihéros presque absurde, pour qui l’imaginaire a tellement de puissance qu’il agit sur la vie. Le comique créé par l’écart entre la réalité et la perception de don Quichotte se joue dans cette impossibilité de fabriquer une brise qui traverse la projection filmique : don Quichotte est dans un autre espace temps, une autre réalité.

Lila Crnogorac travaille cette poétique de l’antihéros, non dénuée de fragilité, qui ressemble à celle de l’artiste ou du poète, reliant son monde imaginaire au réel.

Après Le Parlement des invisibles d’Anne Collod (novembre 2014), Los Pajaros muertos de la Compagnie catalane La Veronal (mars 2015), Le Moulin du Diable de Fouad Boussouf (novembre 2015),  Flux tendu – The Safe word de Florence Caillon (février 2016), le concert de Gogo Penguin (mars 2017), Du désir d’horizons de la Compagnie Mouvements perpétuels (décembre 2017), l’installation de Lila Crnogorac constitue le septième volet d’un partenariat entre la Direction Culture et la Classe d’Approfondissement en Arts Plastiques du lycée Picasso à Fontenay-sous-Bois.

www.caap-picasso.com

 

 

Lu Ma Me Je Ve Sa Di
29
30
31
01
02
03
04
05
06
07
08
09
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
01
02
03
04